heureux-qui.com
Image default
Fil Info

Chômage : un troisième trimestre plombé par le coronavirus ?


De mauvais résultats attendus. Après une baisse en trompe-l’oeil pendant le confinement, le taux de chômage devrait bondir au troisième trimestre en France selon l’Insee, qui dévoilera son chiffre ce mardi 10 novembre.

Alors qu’il s’établissait à 7,1 % de la population active au deuxième trimestre, le taux de chômage, au sens du Bureau international du travail (BIT), devrait progresser de 1,9 point au troisième trimestre, pour s’élever à 9 %, d’après la dernière note de conjoncture de l’Insee, publiée le 6 octobre dernier. L’institut national de la statistique prévoit qu’il atteigne même 9,7 % en fin d’année, soit 1,6 point de plus qu’un an plus tôt.

Contrairement au chiffre du deuxième trimestre, le taux de chômage attendu ce mardi donnera un véritable aperçu de la situation du marché du travail en France. Le trimestre précédent a en effet été marqué par le confinement, décrété pour lutter contre la pandémie de coronavirus, qui a faussé les données.

Pendant cette période particulière, le nombre de personnes recherchant activement un emploi a chuté (démarches impossibles, secteurs d’activité à l’arrêt…). Cette condition figurant dans la définition d’un chômeur au sens du BIT, cela a mécaniquement entraîné un net recul du chômage (-0,7 point).

L’Insee elle-même avait averti sur une baisse «en trompe-l’oeil», qui ne traduisait absolument pas une amélioration du marché du travail. A l’inverse, l’institut avait observé une envolée du «halo» autour du chômage (+1,9 point pour les 15-64 ans), représentant les personnes sans emploi ne répondant pas à tous les critères du BIT.

Une réduction du «halo» du chômage

Avec le déconfinement, entamé en mai et accéléré en juin, de nombreux Français ont repris leurs démarches de recherche d’emploi. L’Insee prévoit donc que le «halo» autour du chômage s’estompe, «avec pour contrepartie une forte hausse du chômage au second semestre», traduisant les suppressions d’emplois massives engendrées par la crise sanitaire au premier semestre (715.000 emplois détruits).

Une prévision faite début octobre, avant l’annonce du reconfinement, entré en vigueur le 30 octobre. Après une hausse attendue au troisième trimestre, il est tout à fait possible de voir le chômage – au sens du BIT – de nouveau plonger au dernier trimestre de l’année, pour les mêmes raisons que lors du premier confinement.

Contraints de fermer, les bars et restaurants sont particulièrement touchés par le reconfinement.

Fait intéressant à noter, le chômage pour Pôle emploi évolue en sens inverse de celui établi avec la méthodologie du BIT. Au deuxième trimestre, à la faveur du confinement, le nombre d’inscrits à Pôle emploi en catégorie A (sans aucune activité) s’est accru de 24,5 % en France métropolitaine par rapport au trimestre précédent. Puis, au troisième trimestre, ce chiffre a diminué de 11,5 %, tout en restant à un niveau élevé (3,67 millions).

Retrouvez toute l’actualité économique ICI



Source link

Autres articles à lire

Plus de 80% des Japonais contre les JO cet été (sondage)

adrien

Koh-Lanta : Les armes secrètes est-elle la saison la plus nulle de l’histoire du jeu ?

adrien

11-Septembre : 5 conséquences directes des attentats

adrien

Rave-party en Bretagne : ce que l’on sait

adrien

Le Prince Harry et Meghan Markle signent un méga contrat pour développer des séries

adrien

DIRECT – Coronavirus : début du couvre-feu renforcé pour 6 millions de Français

adrien