heureux-qui.com
Image default
Fil Info

Chadwick Boseman : l’acteur décroche un Golden Globe à titre posthume pour «Le Blues de Ma Rainey»


Sa disparition brutale en août 2020 a ému le monde entier. Dans le drame «Le Blues de Ma Rainey», disponible sur la plate-forme Netflix, Chadwick Boseman signe une performance poignante. Un ultime rôle qui lui a valu le Golden Globe du meilleur acteur dans un film dramatique.

Dans cette adaptation de la pièce de théâtre éponyme d’August Wilson, réalisée par George C. Wolfe et produite par Denzel Washington, l’inoubliable interprète du roi T’Challa dans «Black Panther», mort à seulement 43 ans des suites d’un cancer du côlon, incarne Levee, un jeune trompettiste noir qui doit enregistrer un album avec «Ma Rainey», surnommée la «Mère du Blues», et interprétée par Viola Davis, totalement méconnaissable. Celle qui a remporté en 2017 l’Oscar du meilleur second rôle féminin pour «Fences» – du même Denzel Washington – donne de la voix et de la hauteur à cette grande dame du blues de l’entre-deux guerres, véritable avant-gardiste.

L’histoire nous plonge au cœur même d’une Amérique raciste, et plus précisément à Chicago dans les années 1920, au sein d’une cave qui fait office de salle de répétition. C’est entre ces quatre murs où trône un piano, que nous allons suivre, le temps d’une journée de sessions d’enregistrements, un groupe de musiciens noirs de différentes générations qui vont converser et jouer dans la moiteur d’un été caniculaire.

Dans la peau d’un homme idéaliste et révolté

Tous ont été victimes d’attaques racistes et se livrent à quelques confessions. S’ils «se comprennent culturellement, et se respectent», comme l’a souligné l’acteur Michael Potts, qui joue le rôle du bassiste, lors d’une conférence de presse virtuelle, Levee fait figure de chien fou. Idéaliste et plein de vie, il rêve de nouveaux accords, de partitions plus modernes, et d’une industrie musicale qui ne soit pas détenue par les Blancs.

Avec ses chaussures impeccables, son chapeau, et son costume parfaitement taillé, ce jeune homme idéaliste et révolté, veut révolutionner le genre et peine à suivre les directives de la diva extravagante qui se fait attendre. Lui veut se faire entendre.

Et on ne voit que Chadwick Boseman dans ce long-métrage, dont la mise en scène rappelle un huis-clos théâtral entrecoupé de passages musicaux conçus par le saxophoniste aux deux Grammy Awards, Branford Marsalis. Un film qui aborde la crispation raciale, faisant écho aux événements récents et dramatiques qui ont eu lieu aux Etats-Unis. La tension est palpable, l’issue sera dramatique.

Le visage émacié, l’acteur chante, danse, virevolte, et impressionne dans un long monologue bouleversant pendant lequel il lance, les larmes aux yeux : «Dieu prend les prières des nègres et les jette aux ordures». Cette séquence est d’autant plus poignante quand on sait que Chadwick Boseman se battait depuis quatre ans contre la maladie, sans dire un mot à personne sur le plateau.

Grâce à son interprétation magistrale, Chadwick Boseman qui a décroché un Golden Globe à titre posthume lors d’une cérémonie virtuelle dimanche 28 février, pourrait également concourir à un Oscar en avril prochain. Il serait ainsi le troisième acteur à être récompensé après Peter Finch pour «Network, main basse sur la télévision» en 1977, et Heath Ledger pour «The Dark Knight : Le Chevalier noir» en 2009.

A voir aussi 





Source link

Autres articles à lire

Remontées mécaniques : pour qui seront-elles ouvertes finalement ?

adrien

Blanche Gardin s’offre une soirée spéciale ce mercredi sur Canal+

adrien

Pour Ophélie Winter, la drogue est «un passage obligé» dans le show business

adrien

Affaire Fillon : la défense demande la «réouverture» du procès

adrien

L’Espagne lance un projet pour expérimenter la semaine de travail de quatre jours

adrien

Coronavirus : quel est le cycle de vie d’un masque ?

adrien