heureux-qui.com
Image default
Fil Info

Ces 5 grandes chansons que l’on doit à Jean-Loup Dabadie

Notez cet article


Il aimait infiniment les mots et possédait le talent nécessaire pour arriver à les faire chanter dans la voix d’immenses artistes. L’académicien Jean-Loup Dabadie est mort, ce dimanche 24 mai, à Paris.

Mais si l’homme de lettres, qui a notamment été parolier pour Johnny Hallyday, Michel Polnareff, ou encore Julien Clerc s’est éteint, ses textes et ses airs, tant ils se sont inscrits dans la mémoire populaire, vont, eux, continuer – et pendant longtemps – résonner pour l’honorer. 

Retour sur cinq grandes chansons de Jean-Loup Dabadie, artiste éminemment complet, qui ont contribué à façonner la légende du premier «saltimbanque» à avoir intégré l’Académie française. 

On était alors en 2008. Jamais avant lui, les «habits verts» n’avaient en effet toléré un bateleur des mots d’une telle envergure. Pas même Charles Trenet qui, refusé en 1983, s’y était la figure.

«On ira tous au paradis» (par Michel Polnareff, 1972)

Le jour de la disparition de Jean-Loup Dabadie, une chanson a peut-être retenu un peu plus l’attention que toutes les autres : «On ira tous au paradis», portée par la voix de Michel Polnareff.

Sortie en 1972, le titre sied particulièrement au parolier connu pour ses textes empreints de tendresse et de nostalgie, en plus de constituer un magnifique clin d’oeil à l’académicien, l’immortel qui, sous la coupole, siégeait au fauteuil de Pierre Moinot (le 19e).

«Ma préférence» (Par Julien Clerc, 1978)

En 1978, Jean-Loup Dabadie écrit «Ma préférence» pour Julien Clerc. 

Une chanson en forme de réponse aux controverses qui entouraient la relation amoureuse entre le chanteur et l’actrice Miou-Miou.

«La chanson d’Hélène» (par Romy Schneider et Michel Piccoli, 1970)

Au début de la décennie 1970, Jean-Loup Dabadie écrit «La chanson d’Hélène», titre-phare du film de Claude Sautet, «Les choses de la vie».

Adapté du roman éponyme de Paul Guimard, publié en 1967, le film est l’histoire de Pierre, interprété par Michel Piccoli, et de la relation amoureuse qu’il entretient avec Hélène, sublimée à l’écran par Romy Schneider. 

Cette chanson a récemment été largement partagée sur les réseaux sociaux, suite à la mort de Michel Piccoli, le 12 mai dernier.

«Le clan des Siciliens» (Par Dalida, 1969)

Sortie en 1969, la chanson «Le Clan des Siciliens» est interprétée par Dalida sur une musique d’Ennio Morricone.

Le titre accompagne le film policier du même nom, réalisé par Henri Verneuil, avec un casting incroyable puisqu’on y trouve Jean Gabin, Alain Delon et Lino Ventura. 

«J’ai épousé une ombre» (par Johnny Hallyday, 1983)

Pour le cinéma, Jean-Loup Dabadie a écrit également les paroles de la chanson du film «J’ai épousé une ombre», sorti en 1983, et interprétée par Johnny Hallyday.

L’année précédente, en septembre 1982, Nathalie Baye tourne en Lorraine avec Richard Bohringer les premières scènes du film réalisé par Robin Davis.

Profitant d’un répit dans ses concerts au Palais des sports de Paris, Johnny Hallyday rejoint l’actrice. Présent sur le tournage, Johnny Hallyday le sera également dans la BO, comme le raconte le Républicain lorrain. 

Dans la chanson, Dabadie, lui, dit ceci : «Un jour sur cette terre, J’ai épousé une ombre, Une femme-mystère, Passagère et solitaire».

Comme une allégorie de la vie. Et de l’amour aussi.

Retrouvez toute l’actualité culture ICI



Source link

Related posts

Déconfinement : Des professeurs d’Aulnay-sous-Bois dénoncent des consignes sexistes

adrien

Les tensions américano-chinoises continuent malgré une réunion de crise à Hawaï

adrien

Trois chiffres chocs sur la faim dans le monde

adrien