heureux-qui.com
Image default
Fil Info

Centenaire de Brassens : « C’était un rappeur avant l’heure » selon Fred Karato, créateur de Cent ans Brassens


Les festivités autour de Georges Brassens se multiplient. Alors que le centenaire de sa naissance est célébré ce vendredi 22 octobre, suivi le 29 octobre des quarante ans de sa disparition, le saxophoniste Fred Karato, sétois comme Brassens, consacre un spectacle hommage à ce monument de la chanson française : Cent ans Brassens.

Entre musique et histoires inédites racontées par deux maîtres de cérémonie dont Nelson Monfort, ce spectacle anniversaire sera de passage à Bobino, les 15 et 16 novembre. Une salle chère à Brassens. « A Paris, il ne jouait que là. Si Gilbert Bécot faisait sa rentrée à l’Olympia, Brassens faisait la sienne à Bobino », explique ainsi Nelson Monfort. Comme il y a plus d’un demi-siècle, la mythique salle s’apprête donc à retrouver les compositions du poète sétois, interprétées par le Crazy Sax Fred Karato et sa bande :  la compagnie des Enjoliveurs, la chanteuse de jazz Lydia Martinico, qui a écrit et accompagné Henri Salvador, et le baryton Jean-Michel Balester.  

Le saxophoniste qui, enfant, a grandi à côté de la maison de Georges Brassens – « Je suis né collé à la maison de Brassens », s’amuse Fred Karato – y proposera un voyage musical dans l’univers de l’interprète des « Copains d’abord ». Parmi les 300 chansons écrites par Georges Brassens, il a pioché dans les grands classiques mais aussi dans des titres moins connus, qu’il revisite dans des styles variés, de la pop à l’opéra en passant par la salsa. 

Un répertoire que Fred Karato connaît sur le bout des doigts. Adolescent, il baigne dans la musique du poète sétois, joue avec le neveu de ce dernier dans le salon familial, avant de sortir dans les années 1990 deux albums hommage au guitariste à la célèbre moustache, « Brassens en jazz » et « Brassens à la Havane ».

l’hommage à un avant-gardiste 

Une passion qui n’a jamais quitté ce saxophoniste émérite, plébiscité par les plus grands clubs électro. « Brassens était un avant-gardiste, si on écoute ses chansons dont certaines ont été interdites sur les ondes comme « Le Gorille », on voit bien qu’il avait de l’avance. Il était hors système, il ne suivait pas les modes, c’était en quelque sorte un rappeur avant l’heure », explique Fred Karato. « Les trompettes de la renommée par exemple. Cette chanson a été écrite pour faire un pied de nez à sa maison de disque qui voulait lui imposer de faire de la publicité autour de sa vie privée », poursuit-il. 

Des anecdotes que partageront les deux maîtres de cérémonie, l’humoriste Eric Collado et Nelson Monfort, lui aussi passionné par l’œuvre de Brassens. « Pour moi, il est le plus grand chanteur français de la deuxième partie du 20e siècle », souligne le journaliste. « C’était un poète mais aussi un mélodiste hors pair », note-t-il.

Sur scène, il dévoilera, entre deux morceaux, les lieux qui ont marqué Georges Brassens, la manière dont il composait ses chansons « écrites au piano avant d’être interprétées à la guitare», ou encore l’histoire de tel ou tel titre, à l’instar de «Une jolie fleur dans une peau de vache». « Un titre personnel écrit par Brassens pour l’actrice Nadine Tallier, future Nadine de Rothschild, pour qui il avait un faible. Mais la réciprocité n’était pas vraie », explique Nelson Monfort. Autant de souvenirs et de chansons qui salueront la mémoire de l’artiste anti-conformiste. Un homme qui vouait un culte absolu à l’amitié, disparu en octobre 1981, à l’âge de 60 ans. 



Source link

Autres articles à lire

New York : après quatre agressions au couteau en moins de 24h, la police déploie 500 agents dans le métro

adrien

Porcheville : l’agent de maintenance vendait des téléphones et du cannabis aux détenus mineurs

adrien

Drapeau confédéré : que représente-t-il ?

adrien

Attaque au couteau à Nice : la sécurité des lieux de cultes est dans tous les esprits

adrien

5 Expos qui vous feront voyager

adrien

Etats-Unis : Des policiers rient en regardant la vidéo de leur arrestation musclée d’une handicapée de 73 ans

adrien