heureux-qui.com
Image default
Fil Info

Brésil : une fillette violée souhaitant avorter harcelée par des catholiques extrémistes


De nombreux militants anti-avortement, membres de groupes religieux, ont tenté d’empêcher l’interruption de grossesse d’une jeune brésilienne de 10 ans, violée par son oncle.

Bien que très restrictives et vieilles de 80 ans, les lois brésiliennes sur l’avortement permettent ce genre d’intervention, notamment dans le cas d’un viol.

L’enfant avait expliqué à la police que son oncle abusait d’elle depuis ses 6 ans, mais qu’elle avait gardé le silence par peur des représailles. L’homme en question, âgé de 33 ans, serait lui toujours en fuite.

UNE MINISTRE DÉVOILE LE LIEU DE L’INTERVENTION

Prévu dans un premier temps dans un hôpital de son Etat d’Espírito Santo, au sud-est du Brésil, l’avortement de la fillette a dû être organisé 1.500 kilomètres plus au nord, dans la ville de Recife. Le résultat d’une bataille politique et juridique intense, qui avait poussé le premier hôpital à refuser de pratiquer l’intervention.

Car à l’arrivée de la clinique de Recife, de nombreux militants anti-avortement et politiciens locaux attendaient la jeune fille et son entourage. Des scènes filmées montrent même ces personnes maltraiter l’enfant et le personnel hospitalier, tout en les empêchant de pénétrer dans le bâtiment.

Le lieu de l’intervention avait pourtant été tenu secret, mais un extrémiste proche du président Jair Bolsoraro aurait divulgué l’information. La ministre de la Femme, qui a également la charge de l’Enfance et des Droits humains, a elle confirmé l’information en prévenant les extrémistes sur les réseaux sociaux.

Le bouche à oreille a fonctionné

Pour Elisa Anibal, militante féministe à Recife, cet événement montre une triste réalité brésilienne : «Quand vous voyez une fillette de 10 ans être criminalisée pour avoir mis fin à une grossesse résultant d’un viol et parce que sa vie est en danger, cela vous donne vraiment une idée de la progression du fondamentalisme religieux dans notre pays.»

Malgré la manifestation qui s’est organisée devant l’hôpital, la jeune fille a finalement pu pénétrer à l’intérieur par une porte dérobée. Elle avait été cachée dans le coffre de la voiture qui la transportait. L’intervention a pu avoir lieu, grâce notamment au soutien des militantes pro-féministes de Recife. Elles se sont massées devant l’hôpital jusqu’à être plus nombreuses que les anti-avortement.

Selon le journal El Pais, une fillette est violée toutes les heures au Brésil. Plus d’une fois sur deux, ces jeunes filles ont moins de 13 ans.

Retrouvez toute l’actualité du Brésil ICI



Source link

Autres articles à lire

Vincent Dedienne : «Catherine Deneuve est une grande déconneuse»

adrien

Bayern Munich-PSG : Paris au pied d’une montagne pour des retrouvailles au sommet

adrien

Rêver de perdre ses dents : voici la signification

adrien

RER C : le trafic est fortement perturbé après un accident, circulation interrompue Gare d’Austerlitz

adrien

Coronavirus : le gouvernement britannique autorise la reprise des compétitions sportives

adrien

«In petto», «poudre de perlimpinpin», «saut de cabri», «galimatias»… : les expressions étonnantes d’Emmanuel Macron

adrien