heureux-qui.com
Image default
Fil Info

Brésil : la Cour suprême annule les condamnations de l’ancien président Lula, désormais de nouveau éligible


Ultime rebondissement dans l’affaire du «Lava Jato», qui secoue le monde politique brésilien depuis 2016. Un juge de la Cour Suprême du Brésil a annulé, ce lundi 8 mars, les condamnations de l’ancien président Lula, qui avait été mis en cause pour corruption et condamné à plus de 12 ans de prison.

Edson Farich, le juge, justifié cette décision en affirmant que le tribunal de Curitiba, qui avait condamné Lula dans quatre procès, n’était «pas compétent» pour juger de ces affaires. Attention, Lula n’a donc pas été blanchi par la Justice. Il devra désormais être jugé par le tribunal fédéral de Brasilia, mais en attendant, ses droits politiques lui ont été rendus.

«La décision qui affirme aujourd’hui l’incompétence du tribunal fédéral de Curitiba est la reconnaissance que nous avons toujours eu raison dans cette longue bataille juridique, dans laquelle nous n’avons jamais eu à modifier nos motifs pour démontrer la nullité de la procédure et l’innocence de l’ancien président Lula ainsi que le droit qui était pratiqué à son encontre», ont déclaré les avocats de Luiz Inácio Lula da Silva dans un communiqué.

Duel Bolsonaro Lula à la prochaine présidentielle ?

En juillet 2017, le juge Sergio Moro, qui a officié par la suite comme Ministre de la Justice de Jair Bolsonaro, avait condamné Lula à 9 ans de prison pour corruption et blanchiment l’argent.  

L’ancien président (2003-2010) était notamment accusé d’avoir reçu un appartement en pot-de-vin en échange de contrats pour une entreprise de BTP. Sa peine a ensuite été alourdie en seconde instance, à plus de 12 ans de prison, et est incarcéré en avril 2018.

Alors qu’il était candidat à l’élection présidentielle de 2018, pour le Parti des Travailleurs (PT), il avait été déclaré inéligible par le tribunal électoral. Cependant aujourd’hui, avec l’annulation de ses condamnations, Lula, figure incontournable de la gauche brésilienne, pourra se présenter aux prochaines élections de 2022.

Déjà en 2018, lors de la campagne présidentielle, Lula s’affichait comme favoris, et comme le seul à pouvoir rivaliser contre Jair Bolsonaro. Un duel de choc pourrait donc avoir lieu à l’automne 2022 entre le président sortant d’extrême droite, dont la cote de popularité a baissé depuis le début de son mandat, notamment à cause de sa gestion de la crise sanitaire, et l’ex-président de gauche, adulé par certains et haï par d’autre, s’il n’est pas de nouveau condamné par la justice.

Soutiens de personnalités françaises

Cette décision a aussi fait réagir personnalités politiques françaises, le procès de Lula ayant été de nombreuses fois dénoncé et jugé comme injuste et à charge, sans preuve. Jean-Luc Mélenchon, qui était allé rendre visite à Lula lorsqu’il était incarcéré, a notamment manifesté sa satisfaction sur les réseaux sociaux. Anne Hidalgo, la maire de Paris, qui avait remis la citoyenneté d’honneur de la ville de Paris à l’ancien président brésilien l’année dernière, s’est également réjouie de cette décision. Enfin Olivier Faure, premier secrétaire du Parti socialiste, a soutenu Lula dans son potentiel prochain combat contre Jair Bolsonaro.

Au mois de février, un juge du Tribunal Fédéral Suprême, Gilmar Mendes, déclarait dans une interview pour BBC News Brésil, que «l’opération Lava Jato a soutenu l’élection de Jair Bolsonaro», et «tenté d’interférer» dans les résultats de l’élection présidentielle. L’impartialité du juge Sergio Moro, qui après l’incarcération de Lula et la victoire de Bolsonaro à la présidentielle, a accepté le poste de ministre de la Justice, est plus que jamais remise en question.





Source link

Autres articles à lire

Municipales 2020 : Fusions et rassemblements dans plusieurs villes de France

adrien

Crack à Paris : 3 riverains face au juge pour avoir tagué «le mur de la honte»

adrien

Drogue, règlements de compte, rodéos sauvages… Le fléau sans fin de l’insécurité

adrien

Les agressions contre les maires augmentent : 233 victimes depuis janvier

adrien

Trump veut acter la fin de la relation spéciale avec Hong Kong

adrien

Ile-de-France : 4.000 policiers mobilisés ce week-end pour faire respecter les règles sanitaires

adrien