heureux-qui.com
Image default
Fil Info

Black Lives Matter : la statue d’un général confédéré déboulonnée par des manifestants


La statue de Williams Carter Wickham, un important général américain de l’armée des Etats confédérés, a été déboulonnée et renversée par des manifestants à Richmond dans la soirée du samedi 6 juin.

Comme plusieurs dizaines d’autres villes aux Etats-Unis, la capitale de l’Etat de Virginie, est secouée par des manifestations, parfois violentes, provoquées en réaction à la mort de George Floyd, un Afro-Américain mort étouffé le 25 mai dernier sous le genou d’un policier blanc.

Plusieurs images, abondamment relayées sur les réseaux sociaux, montraient ainsi la statue du général confédéré à terre, une corde attachée autour du cou.

Le média local Richmond Times-Dispatch, cité notamment par l’agence de presse américaine Associated Press, a précisé que de la peinture rouge avait été lancée sur la statue et que l’un des manifestants aurait également uriné dessus, une fois la sculpture tombée au sol.

Au lendemain du saccage, une porte-parole de la police de Richmond indiquait qu’elle n’était à ce stade pas en mesure de dire s’il y avait eu des arrestations, ni même si les dommages causés à la statue de Williams Carter Wickham étaient réversibles.

Né en 1820 et mort en 1888, Williams Carter Wickham était un général de cavalerie qui a combattu lors des campagnes de Virginie pour les Etats confédérés d’Amérique lors de la guerre de Sécession.

Survenue entre 1861 et 1865, la guerre de Sécession est une guerre civile américaine née de la volonté du président américain Abraham Lincoln, élu en 1860, de mettre un terme à l’esclavage (l’esclavage sera finalement aboli aux Etats-Unis le 1er janvier 1863). Ce conflit a opposé les Etats américains dits de «l’Union», majoritairement abolitionnistes, aux Etats confédérés, esclavagistes.

Des symboles controversés du sud esclavagiste

La statue du général Williams Carter Wickham fait partie des centaines de monuments rendant hommage à la mémoire des soldats confédérés tués pendant ce sanglant conflit de quatre ans.

Depuis plusieurs années ces symboles controversés du Sud esclavagiste sont au coeur de vives polémiques, voire d’une guerre idéologique, entre ceux qui veulent les voir retirés et ceux qui veulent les maintenir coûte que coûte en place.

Preuve que le sujet est ultra-sensible, certains descendants du général Wickham avaient eux-mêmes demandé en 2017 le retrait de la statue de leur aïeul, installée au coeur du parc Monroe, à Richmond, depuis 1891. 

La situation est même devenue très brûlante ces dernières années, surtout après les événements tragiques de Charlottesville en 2017.

Située à une heure de route de Richmond, également en Virginie, Charlottesville avait été le théâtre, le 12 août 2017, d’une attaque à la voiture-bélier lors d’une manifestation organisée dans le but de maintenir la statue équestre d’un autre général, le général Lee, dans un parc de la ville.

L’attaque perpétrée par James Alex Fields, un jeune homme de 20 ans, avait tué Heather Heyer, une assistante juridique de 32 ans, également blanche, et blessé vingt autres personnes.

Si la statue du général Lee est toujours en place à Charlottesville, la semaine dernière, Ralph Northam, le gouverneur de Virginie, a fait savoir que celle située à Richmond allait, en revanche, être retirée «dès que possible».

La statue du général Lee de Richmond fait d’ailleurs partie d’un ensemble de cinq monuments confédérés situés le long de Monument Avenue, un quartier historique de la ville.

Un lieu qui, ces derniers jours, a été l’un des points de ralliement lors des manifestations à la mémoire de George Floyd et où des messages appelant à «mettre fin aux violences policières» et à «arrêter la suprématie blanche» ont été découverts.





Source link

Autres articles à lire

Couvre-feu à 21h : Jean Castex refuse tout assouplissement

adrien

Lionel Messi a aidé à obtenir 50.000 vaccins pour les footballeurs sud-américains

adrien

Ligue 1 : Lille, PSG, Lyon ou Marseille, qui est le mieux armé dans la course au titre ?

adrien

Couvre-feu : le trafic réduit à un métro sur deux après 21h dès mercredi en Ile-de-France

adrien

RSA en Seine-Saint-Denis : pourquoi l’État reprend-il la main ?

adrien

Renaud : les images de son clip sur le coronavirus détournées par les internautes

adrien