heureux-qui.com
Fil Info

Bars, salles de sport, rassemblements… Tout savoir sur les nouvelles restrictions à Paris

Notez cet article


Pour lutter contre la reprise de l’épidémie de coronavirus à Paris, depuis ce samedi 26 septembre et jusqu’au vendredi 9 octobre, plusieurs mesures sont mises en place. Voici comment s’y retrouver.

Ce qu’on ne peut plus faire

Les réunions de plus de 10 personnes sont interdites sur la voie publique, ainsi que dans les parcs et jardins. Cela concerne aussi bien les rassemblements privés (fête entre amis) que de loisir (brocante, groupe de sportifs, etc.).«Aucune dérogation n’est possible», précise la préfecture de police de Paris.

Idem pour les événements accueillant plus de 1.000 spectateurs, ainsi que tous les événements festifs comme les fêtes de mariages ou les soirées étudiantes. Les salles des fêtes ou de location sont d’ailleurs fermées.

Principale mesure annoncée par Olivier Véran : à partir de lundi 28 septembre, les bars vont être contraints de fermer à 22h. Les bars-restaurants, eux, devront arrêter de servir de l’alcool à cette heure là, sauf pour accompagner un repas. Enfin, comme jusqu’à présent, certaines règles sont en vigueur : interdit de consommer debout, pas de groupes de plus de 10 personnes et séparation d’au moins 1 mètre entre chaque table (sauf cloison).

Et pour éviter que les «fêtards» ne se retrouvent dans la rue, l’achat d’alcool à emporter et la consommation dans l’espace public seront aussi prohibés de 22h à 6h du matin. De même, la diffusion de musique – dans la rue ou audible depuis la rue – sera interdite sur cette plage horaire.

Les contrôles de police vont être renforcés dans toute la ville, visant les personnes ou les établissements ne respectant pas ces règles. Amendes et fermetures administratives sont prévues.

Ce qui reste autorisé

En revanche, plusieurs types de rassemblements demeurent possibles : tous les marchés alimentaires et points de distribution des AMAP, les cérémonies funéraires dans les cimetières ou de mariages civils et religieux, et les fêtes foraines (validées par les autorités). Les cérémonies cultuelles peuvent continuer à se tenir, «dès lors qu’elle respectent les gestes barrières».

Les restaurants pourront rester ouverts, à leurs horaires habituels, «en respectant un protocole sanitaire strict», indique la préfecture de police de Paris.

Dans la rue, la barre des 10 personnes dans la rue peut être franchie pour des activités professionnelles (chantiers, guides, etc.) ou des manèges pour enfants. Les manifestations revendicatives restent également autorisées, à condition qu’elles aient été déclarées et acceptées par la préfecture.

Les Parisiens peuvent aussi continuer d’aller dans les musées, cinémas, théâtres et salles de concerts, «compte tenu des protocoles sanitaires qui y existent», précise la préfecture de police. Leur capacité est toutefois limitée à 1.000 visiteurs en même temps.

Et les personnes s’adonnant aux activités culturelles ou artistiques pourront continuer à les pratiquer dans les gymnases et salles polyvalents, même si ces lieux sont fermés aux sportifs.

Les équipements sportifs

Les salles de sport et les gymnases sont fermés depuis ce week-end. A quelques exceptions près : les activités scolaires et péri-scolaires des enfants, ainsi que les entraînements des sportifs professionnels.

Les piscines et les terrains de sport en plein air (stades, TEP), eux, restent ouverts.

Il est également possible de faire du sport en plein air, par exemple dans les parcs, à condition d’être moins de 10 personnes.

Les fêtes privées

Il est toujours possible d’inviter plus de 10 personnes dans son appartement. Mais les autorités «recommandent vivement leur annulation, et à défaut le stricte respect des mesures barrières».

Retrouvez toute l’actualité concernant Paris ICI



Source link

Autres articles à lire

Vous êtes riche à partir de 3.470 euros par mois, selon une étude

adrien

«Mignonnes» : Les cinéastes français apportent leur soutien au film qui fait polémique aux Etats-Unis

adrien

Japon : dormir sur la route, le phénomène qui inquiète la police

adrien

Affaire Narumi : le suspect va être extradé du Chili vers la France

adrien

Coronavirus : Roselyne Bachelot annonce une aide de 432 millions d’euros pour le spectacle vivant

adrien

Des familles de victimes des attentats demandent le retour des enfants de jihadistes

adrien