heureux-qui.com
Image default
Fil Info

Barbie bientôt envoyée dans l’espace pour sensibiliser les filles aux carrières scientifiques


Casser les préjugés. Afin de sensibiliser les petites filles aux carrières scientifiques, Barbie partira en mission dans la Station spatiale internationale en avril 2022.

Pour son premier vol dans l’espace, la célèbre poupée accompagnera Samantha Cristoforetti, seule astronaute en activité en Europe, alors que cette dernière prendra les commandes de l’ISS pour six mois. Et c’est d’ailleurs une figurine à son effigie que l’astronaute glissera dans ses valises. 

Les femmes sous-représentées dans les carrières scientifiques

Avec ce vol symbolique, l’agence spatiale européenne (ESA) et Mattel poursuivent une bonne cause. Plus qu’une simple anecdote insolite, l’objectif est de briser le plafond de verre et valoriser l’accès aux métiers scientifiques auprès des fillettes, alors que les femmes y sont sous-représentées. 

Les femmes sont en effet moins nombreuses dans les carrières scientifiques que les hommes. Pire encore, les filles, dès le plus jeune âge, admettent avoir moins confiance dans leurs compétences en mathématiques à l’école que les garçons, selon un rapport du parlement européen, réalisé en 2019, sur la promotion de l’égalité entre les hommes et les femmes dans l’enseignement et les carrières dans le domaine des sciences, de la technologie, de l’ingénierie et des mathématiques. 

Une action symbolique pour faire évoluer les mentalités

A travers cette initiative, l’ESA et Mattel entendent donc inspirer une nouvelle génération de petites filles et faire bouger les lignes comme les mentalités et les barrières que s’imposent parfois les fillettes, elles-mêmes. Plus de 60 % d’entre elles ont ainsi le sentiment que les métiers sont genrés, selon le sondage Opinionway mené pour Barbie sur la question du genre dans la société. Une perception également partagée par plus de 50 % des parents. En effet, quatre parents sur dix pensent qu’ils ne pousseraient pas leur fille à accéder ou à se former à des métiers scientifiques, en raison de leur propre méconnaissance de ce domaine. 

Alors que Samantha Cristoforetti s’entraîne actuellement en vue de son futur décollage où elle prendra les manettes de l’ISS, elle espère bien créer des vocations et servir d’exemple, comme elle l’explique dans un communiqué, espérant que « les images de (sa) poupée flottant en apesanteur pourront éveiller l’imaginaire des enfants».

«Des petites actions peuvent donner naissance à de grands rêves et les amèneront, je l’espère à envisager une carrière dans les STEM (Sciences, Technology, Engineering and Mathematics)! » a-t-elle poursuivi. De quoi bousculer des idées parfois bien ancrées, à tort. 



Source link

Autres articles à lire

Timothée Chalamet annonce la suite de «Dune»

adrien

🔴DIRECT – Elections régionales et départementales 2021 : retrouvez tous les résultats, région par région

adrien

DIRECT – Coronavirus : deux foyers épidémiques du «variant congolais» détectés dans le Nord

adrien

Malgré le Brexit, l’Ecosse préfère le drapeau européen au britannique

adrien

Tout savoir sur la vaccination «réactive», cette nouvelle stratégie face aux variants

adrien

Déconfinement : couvre-feu, restaurants, pass sanitaire… Ce qui change à partir de mercredi

adrien