heureux-qui.com
Fil Info

Affaire Grégory : tout savoir sur les nouvelles expertises demandées par les parents Villemin

Notez cet article


Plus de 36 ans après le meurtre du petit Grégory Villemin, l’affaire court toujours. La justice doit annoncer ce mercredi si elle autorise les nouvelles expertises génétiques demandées par ses parents. Que concernent-elles ?

Recherche d’ADN de parentèle

Christine et Jean-Marie Villemin souhaitent que soit réalisée une recherche d’ADN de parentèle. Il s’agit de mettre en parallèle une empreinte génétique avec d’autres, afin de se rendre compte si elles ont un lien de parenté.

En 2012, cette technique avait permis de relancer l’enquête sur Elodie Kulik – violée et assassinée en 2002 – en confondant un de ses agresseurs (mort depuis), puis en remontant la piste de ses amis.

Dans le cadre de l’affaire du petit Grégory, les époux Villemin demandent à ce que cette recherche de parentèle soit faite sur neuf traces ADN du dossier. Leur prélèvement avait eu lieu sur une seringue, des vêtements de l’enfant et des courriers anonymes. Depuis, elles ont été transmises au FNAEG, le Fichier national automatisé des empreintes génétiques.

«portrait-robot génétique»

Il ne s’agit pas de la seule demande des parents de la victime. Ils réclament également que soient effectués de nouveaux prélèvements génétiques sur des personnes du dossier, mais aussi l’utilisation de la technique du «portrait-robot génétique». Celle-ci permet de reconstituer, à partir d’une empreinte ADN, la couleur des yeux ou des cheveux d’une personne.

Le but de ces nouvelles expertises, si elles sont acceptées par la justice, est de découvrir de nouvelles pièces du puzzle entourant la mort du petit Grégory, avance l’avocat de ses parents. «Nous sommes convaincus d’avoir affaire à un crime collectif», affirme-t-il.

En 2017, le grand-oncle et de la grand-tante de Grégory, Marcel et Jacqueline Jacob, avait été mis en examen. Murielle Bolle, personnage central de l’affaire, l’avait été également. Des points de procédure avaient permis à leurs avocats de faire annuler ces mises en examen. Ces derniers ont par ailleurs réagi aux nouvelles demandes des parents de Grégory. Celui de Jacqueline Jacob s’est dit «pas persuadé que ça soit très pertinent», en pointant que l’ADN de sa cliente et son mari n’est «nulle part» dans le dossier. L’avocat de Marcel estime lui que la recherche de parentèle peut être intéressante, car des empreintes génétiques inconnues figurent dans l’affaire. Les identifier pourrait faire bouger des choses, même s’il explique avoir «du mal à y croire».

Retrouvez toute l’actualité sur l’affaire Grégory ICI



Source link

Autres articles à lire

Les animaux reproduisent les traditions culturelles de leurs parents, selon une étude

adrien

Des tirs devant la Maison Blanche, Donald Trump évacué d’urgence

adrien

PSG : Choupo-Moting, de joueur moqué à homme providentiel

adrien

Paris : voici où seront les 1.000 logements bientôt à vendre 5.000 euros du m2

adrien

Procès Daval : dernier interrogatoire de Jonathann, la déception de la mère d’Alexia… ce qu’il faut retenir du 5e jour d’audience

adrien

11-Novembre : suivez les cérémonies en direct

adrien