heureux-qui.com
Fil Info

5G à Paris : les antennes vont (enfin) être déployées, après l’accord des élus parisiens

Notez cet article


Il ne manquait plus que leur «go» pour que la 5G soit déployée dans la capitale. Réunis au Conseil de Paris ce mercredi 10 mars, les élus parisiens viennent de voter la révision de la Charte de téléphonie mobile, signée par les 4 opérateurs que sont Bouygues, SFR, Orange et Free. Ces derniers vont ainsi pouvoir activer leurs antennes 5G.

Un soulagement pour l’exécutif qui négocie depuis plusieurs mois avec les opérateurs de téléphonie mobile en vue du déploiement de la 5G à Paris, afin qu’ils se soumettent aux conditions dictées par la Charte parisienne de téléphonie mobile. «Si nous n’avions pas fait ce travail là […] les opérateurs auraient pu poser leurs antennes où bon leur semble», a d’ailleurs tenu à rappeler Anne Hidalgo, la maire socialiste de Paris, qui souligne que ces derniers n’ont pas besoin du consentement des maires pour déployer la 5G, dans la mesure où ils ont déjà signé un contrat avec l’Etat à ce sujet. «Nous nous sommes situés dans le champ de compétence qui est le nôtre», a-t-elle assuré.

«Un travail présenté avec beaucoup d’humilité», selon l’édile, mais qui contraint surtout les 4 opérateurs de téléphonie mobile à respecter un certain nombre de préconisations, résultantes de la conférence citoyenne organisée cet automne à ce sujet. Parmi les principales améliorations apportées à la charte, on trouve la «limitation de l’exposition aux ondes», une meilleure «information et transparence sur l’installation des antennes», le «suivi de l’impact environnemental» ou encore le «développement du recyclage».

Le sujet sera vivement débattu ce mercredi 9 mars.

Les demandes d’installation vont être traitées

En échange, la municipalité parisienne s’était engagée à instruire positivement les demandes d’installation des nouvelles antennes 5G, et ce, alors que celles-ci avaient déjà commencé à être déposées par les opérateurs en novembre dernier en attendant d’être traitées. En préambule de ce Conseil de Paris, Paul Simondon, l’adjoint à la mairie de Paris chargé des finances et de ce dossier, avait d’ailleurs promis qu’il n’y aurait «d’activation qu’une fois la nouvelle Charte adoptée par les élus». C’est désormais chose faite.

«Depuis 2003 [date de la première version de la Charte parisienne de téléphonie mobile, ndlr], Paris a réussi à maintenir un cadre protecteur et transparent, marqué par des engagements répétés», s’est en outre félicité l’adjoint, rappelant au passage que Charte a été modifiée «dans un contexte extrêmement concurrentiel […] où des contrats de plusieurs milliards d’euros avaient [déjà] été négociés» avec l’Etat et les opérateurs et «donnaient [déjà] l’autorisation» à ces derniers de déployer la 5G.

Au total, dix amendements avaient pourtant été déposés par quatre différents groupes au Conseil de Paris, censés améliorer la Charte parisienne de téléphonie. Le groupe de la droite parisienne Changer Paris a finalement décidé de retirer les leurs, alors que les autres ont tous été rejetés. Le voeu de l’exécutif a ainsi pu être voté en l’état.



Source link

Autres articles à lire

Election américaine : les 3 priorités de Donald Trump

adrien

Sites de rencontres : Pourquoi un tel succès ?

adrien

Brésil : à Rio, une unité de soins pour traiter les séquelles du coronavirus

adrien

Election américaine : qui de Trump ou Biden est le favori des sondages ?

adrien

Près d’1,4 million de Français ont un problème avec les jeux d’argent

adrien

« Kris Jong-un » : les internautes réagissent aux tweets virulents de Kanye West

adrien